Logo Compagnie Esprit de la Forge

Créations, expérimentation et médiation culturelle

MAL de Laon (2018-2021)

Depuis 2015, L’Esprit de la Forge a posé ses valises à la MAL de Laon autour de la directrice Joséfa Gallardo et toute son équipe.

Cette durée nous a permis de mettre en place une synergie précieuse entre création de textes d’auteurs contemporains, expérimentation, médiation culturelle et rencontre avec les populations, sur des thématiques telles que la transmission, la mémoire ou l’identité.

Nous y avons créé Madame Placard à l’hôpital de Luc Tartar, présenté Les Envolées poétiques, Automne et hiver de Lars Norén, Le Jardinier de Mike Kenny. Au côté de toute l’équipe de la M.A.L., nous avons participé à la vie de cette grande maison, proposant des moments conviviaux, ludiques, des « petites formes » dans le cadre des cartes blanches, des vernissages d’exposition et des Escapades littéraires.

Pendant 3 ans, nous avons mené avec bonheur un travail de proximité, avec les publics scolaires, de la maternelle à l’université, les publics dits « empêchés », les centres sociaux, les établissements culturels, les centres de formation, l’ESPE, les maisons de retraite, …l’occasion de belles rencontres, d’actions sur le long terme, qui nous ont permis de tisser des liens forts et durables avec la population.

Tyranono, Mr Bouc et Miss Hair, E.M.O.I, les boîtes à bobos, Odorama, les B.I.Ps, autant de projets fédérateurs et sensibles, d’expériences humaines uniques, qui, en parallèle des créations, nous ont donné l’envie de poursuivre l’aventure.

 

Ainsi, pour 3 saisons encore, la Compagnie poursuivra son travail sur Laon et son territoire, proposant, autour de ses créations, des actions structurantes auprès des publics.

Pendant la durée de sa résidence, autour de la figure et des représentations du féminin, la Compagnie créera Le Petit boucher de Stanislas Cotton, L’Album de famille d’après le texte de José Luis Alonso de Santos.

Elle ira à la rencontre des publics, hors-les-murs avec des petites formes : J’te kiffe et réciproquement, et une mise en espace autour d’un texte consacré à Louise Macault.

La Compagnie mènera également, en collaboration avec la Cie Les Jours Dansants, un vaste projet d’accompagnement des publics, Love Letters – Palimpseste, soutenu par la DRAC Hauts-de-France.